fbpx
Mai 5, 2015

Snacking content, nouveau régime des rédacteurs web

écrit par AgenceNest
dans la catégorie Com

Snacking content, nouveau régime des rédacteurs web

Le snacking content c’est quoi ? Nouvelle stratégie web, son objectif va au-delà d’une simple mise en bouche, elle doit proposer des micro-messages consistants.

Snacking content : mode de préparation

Nous sommes de plus en plus pressés, et nous privilégions de plus en plus l’image par rapport aux textes. En 1989, Canal + crée le “Zapping” le format est court et les images “chocs” s’enchaînent. Le téléspectateur fait la rencontre avec le précurseur du snacking content, un micro contenu impactant. Cette possibilité de zapper à l’intérieur des textes se retrouve aujourd’hui sur le web, en privilégiant les dimensions ludiques, didactiques ou pratiques. Notre taux d’attention sur le web est de 8 secondes, le rédacteur web doit donc s’adapter.

Le snacking content à emporter

Nest-infographie-snacking-content1-300x300 Snacking content, nouveau régime des rédacteurs web
 

En 2013, 49,7% des internautes français se connectent au web via un mobile (source : Médiamétrie). Si l’on ajoute à cela une démocratisation des smartphones, on comprend pourquoi les acteurs du web ont du s’adapter, tant sur la forme avec le responsive design et les applications mobiles, que sur le fond, avec dorénavant le snacking content.
« Chaque mois, 58,4 % des Français consultent au minimum un site Internet, un site mobile ou une application mobile de presse », selon Audipresse.

Attention à ne pas rester sur sa faim

Cette tendance trouve pourtant ses limites car comment traiter un sujet en profondeur dans un format si réduit ? C’est pourquoi cette stratégie de contenu incontournable sur le web demande une certaine maîtrise. Il est primordial de ne pas oublier l’essentiel qui reste le contenu. Sa façon de le rendre accessible et de le mettre en scène doit seulement être vue comme un moyen “promotionnel” pour attirer le lecteur. Le snacking content permet un nouveau mode de transmission de l’information. Mais avec un contenu de plus en plus réduit, ne risquons nous pas de tomber dans la sous-information ?