fbpx
Oct 8, 2014

Comprendre l’écosystème de l’innovation en France

écrit par AgenceNest
dans la catégorie Com, Geek

Comprendre l’écosystème de l’innovation en France

Après les Etats-Unis et le Japon, la France est le 3ème pays le plus innovant en termes de nombre de brevets, du taux de leur succès, de leur portée internationale et de leur influence. Les objets connectés, l’imprimante 3D, les robots et les drones en sont les stars. Grâce à un réseau d’acteurs qui stimulent l’innovation, la France compte donc créer de la croissance et être compétitive.

Un écosystème propice à l’innovation

71 pôles de compétitivité, plus de 170 clusters, une vingtaine d’agences régionales d’innovation, des dizaines de chambres de commerce, une centaine d’incubateurs et de pépinières, 34 plans industriels… L’innovation est devenue une mission prioritaire.

L’Etat change de philosophie et se positionne dans la culture Darwinienne venue des Etats-Unis où se rencontrent diversité et modèle entrepreneurial, tournant le dos à la culture classique de l’Europe occidentale Lamarckienne prônant la hiérarchie des écoles, l’uniformité des élites et l’innovation dirigée. Dans cet esprit, 34 plans de reconquête industrielle ont été présentés par la Direction générale de la Compétitivité, de l’Industrie et des Services (DGCIS) du Ministère du Redressement Productif, en lien avec les pôles de compétitivité et les comités stratégiques (chefs d’entreprises, fédérations professionnelles et partenaires sociaux). L’objectif est de mobiliser les acteurs industriels et économiques au niveau local, capables de construire une offre nouvelle et compétitive. Ses plans concernent, entre autres, les énergies renouvelables, les logiciels et systèmes embarqués, les biotechnologies médicales, la réalité augmentée et les nanotechnologies.

Un accent tout particulier est mis sur l’accompagnement des start-up, considérées comme étant au cœur de la performance économique. L’Etat souhaite alors :

  • combler le manque de financement en fonds propres des entreprises innovantes,
  • lancer des initiatives sectorielles dans les biotechnologies, les medtech, les cleantech, la Big Data,
  • protéger les entreprises innovantes avec de nouvelles mesures (propriété intellectuelle, dépôts de brevets, normalisation, etc.),
  • inciter les grandes entreprises privées et publiques à s’impliquer dans l’émergence et la croissance des jeunes entreprises innovantes et cela comme une dimension obligatoire de publication de RSE.

 

Les acteurs de l’innovation

L’écosystème de l’innovation se compose de nombreuses structures d’accompagnement et de financement des entreprises innovantes. Les start-up sont épaulées par une série d’acteurs complémentaires, publics et privés :

  • Pôles de compétitivité : territoires identifiés dont la vocation est de développer des projets collaboratifs innovants, cofinancés par des apports publics (laboratoires de recherche) et privés (entreprises et établissements de formation).
  • Clusters : entreprises de mêmes filières qui travaillent sur des projets collaboratifs d’opérations techniques. Les clusters reposent sur la culture entrepreneuriale et une offre de services sophistiquée (droit, marketing, ressources humaines) pour accompagner la croissance des jeunes entreprises innovantes et le transfert des technologies.
  • Société d’Accélération du Transfert de Technologies (SATT) : structures régionales qui font le trait d’union entre la recherche et le marché.
  • Institut de Recherche Technologique : regroupement des capacités de recherche publique et privée pour le développement industriel dans une logique de co-investissement. Ce type de structure apporte une visibilité internationale et permet à la France de se positionner sur de nouveaux marchés.
  • Incubateurs : lieu d’accompagnement pour les porteurs de projet de création d’entreprises innovantes grâce à la mise à disposition de compétences et d’outils : financements, conseils, locaux, etc. Il existe une trentaine d’incubateurs publics en France créés par des universités, des écoles ou bien des organismes de recherche. Depuis 2005, les incubateurs privés sont également très présents, à l’image d’Advancia ou d’ExploLab Factory. En 2013, le fondateur de Free Xavier Niel, la Caisse des dépôts et la mairie de Paris se sont lancés dans un projet d’incubateur géant pour la capitale en 2016 nommé « 1000 Startups ». L’objectif ? Rattraper le retard numérique de la France.
  • Pépinières publiques ou privées : structures dédiées aux jeunes entreprises qui réduisent les obstacles liés au démarrage de l’activité, grâce à des nombreux services : équipement, réseau de partenaires, accompagnement personnalisé.
  • Instituts Carnot de BPI Innovation : réseau de recherche pour le transfert technologique et le partenariat avec les entreprises.
  • Comités stratégiques de filières industrielles (CSF) : comités correspondant chacun à une filière industrielle stratégique, qui ont pour objectif d’établir des contrats de filière engageant l’Etat et les industriels dans les secteur suivants : aéronautique, alimentaire, automobile, biens de consommation, bois, chimie et matériaux, éco-industries, ferroviaire, industries extractives et de première transformation, industries et technologies de santé, mode et luxe, naval, nucléaire, numérique.
  • Centre Européen d’Entreprise et d’Innovation (CEEI) : mis en place par la Commission Européenne, le CEEI a pour objectif de favoriser une dynamique économique au niveau local, faisant émerger et favorisant l’innovation au sein de l’entreprise.
  • Jeunes Entreprises Innovantes (JEI) : le dispositif des « JEI » est l’un des instruments de politique économique créés pour soutenir l’effort d’innovation des entreprises à coté du CIR (Crédit d’Impôt Recherche), du CII (Crédit d’impôt Innovation) et de la politique des pôles de compétitivité. Il vise à favoriser le développement d’un réseau de jeunes PME dynamiques et compétitives.
 Depuis sa création, environ 4 500 entreprises ont bénéficié de près de 800 millions d’euros d’exonérations de charges sociales.
  • Labels d’entreprises innovantes : OSEO Excellence, FCPI, Entreprises Innovantes des Pôles, guident les investisseurs et les acheteurs.

L’écosystème et les acteurs qui gravitent autour de l’innovation montrent à quel point elle est au cœur des préoccupations, perçue comme une solution pour parvenir à une meilleure compétitivité et croissance de la France. Si vous avez une idée innovante en tête, c’est le moment de se lancer !